Il n’y a pas d’échec


Publié le 27/06/2017

 

Il y a une dizaine de jours, j’ai lancé ma toute première offre de programme en ligne, #BodyPositive. Je n’ai sans doute pas besoin de t’en parler, tu as eu l’occasion de le voir dans cette newsletter. Cette offre, j’y croyais vraiment. Je suis certaine qu’elle peut aider de nombreuses femmes à mieux se connaître, à renouer avec leur corps et à prendre confiance en elles. J’ai beaucoup communiqué dessus, j’ai écrit, je suis totalement sortie de ma zone de confort en faisant des lives publics sur ma page Facebook pour la première fois. J’ai donné énormément d’énergie dans ce lancement, que j’ai dû coupler avec un déménagement dans un nouvel appartement (ce qui explique que j’ai été un peu off les derniers jours). J’ai beaucoup, beaucoup donné de moi-même, malgré les doutes, le découragement, l’incertitude. Mon lancement s’est terminé dimanche à 23h59.

Et malheureusement, pas une seule inscrite.

Zéro, rien, nada, nul, le néant.

C’est ce qu’on appelle je crois, un échec. Et bien oui: j’ai travaillé, beaucoup même, et ça ne m’a absolument rien rapporté de concret. Ni cliente, ni argent.

Et pourtant, je n’arrive pas à le voir comme un échec justement.

Je ne vais pas te mentir, bien sûr que je suis déçue en voyant que malgré tout le travail fourni, je n’ai réussi à convaincre personne. C’est normal, qui ne le serait pas ?

Et pourtant, je le vis plutôt bien.

J’en suis la première surprise. Parce que crois-moi, il y a un an, ou même peut-être moins que ça, je me serais effondrée. J’aurais tout de suite pensé que je suis nulle, que je ne vaux rien et je me serais jetée sur Google pour chercher des annonces de boulots en CDI.

Je ne vais pas te mentir, j’ai eu pas mal de moments de doutes, où je me suis effectivement dit que je n’étais pas faite pour ça, que je n’allais pas y arriver. Ca se produit encore. Mais ces moments-là durent de moins en moins longtemps, et ne suffisent plus à me miner le moral. Parce que j’ai pris confiance en moi, oui, mais pas que.

Hier j’ai regardé Bienvenue chez les Robinson, et à un moment le héros se plante en essayant de réparer son invention, provoquant une catastrophe. Au lieu de se mettre en colère et le blâmer, les personnages présents le félicitent et cette phrase est prononcée: « C’est de ses échecs qu’on apprend. De ses succès, pas tellement. ». La grande devise du film est d’ailleurs « Allez de l’avant » (Oui je pique mes références chez Disney).

Et c’est exactement ce qui fait que je ne considère pas ce qui s’est passé comme un échec, ou plutôt que je ne regrette rien: j’ai énormément appris. Je sais que j’ai lancé mon offre à un moment qui n’était peut-être pas idéal: je n’ai pas encore de blog, la formation technique que je suis n’était pas terminée, j’ai tout fait en deux jours de manière ultra précipitée, et en plus au moment où je déménageais.

Oui, mais j’ai fait. Et c’est là toute la différence. Je n’ai pas eu de cliente, mais je suis incroyablement fière de moi, parce que ce projet était dans les cartons depuis des mois, que je procrastinais sans arriver à me lancer et que je sais maintenant que j’en suis capable et que ce n’est pas la mer à boire, même si c’est beaucoup de boulot.

Alors oui, je suis déçue, mais pas découragée. Au contraire, je n’ai qu’une envie: continuer, réitérer l’expérience, autrement sans doute, gagner mes premier.e.s client.e.s, me développer, pour finalement vivre de mon business !

Au final il n’y a pas d’échec. Ou plutôt si, l’abandon est un échec (sauf si c’est parce que tu as trouvé quelque chose qui te plait mieux, là c’est différent). Mais quand quelque chose ne marche pas, c’est parce qu’il y a une raison, il y en a toujours une. Tes échecs ne signifient pas la fin, mais que quelque chose d’encore mieux se profile derrière. Tu apprends de tes erreurs, tu as pu voir ce qui ne marchait pas et c’est un formidable moteur pour la suite, parce que ça te rend encore meilleur.e! Donc essaie, n’aie pas peur de te planter, parce que ça va arriver de toute façon, tout le monde le vit. Relève-toi ensuite, retente le coup! Si c’est ce que tu veux vraiment faire, ça en vaut la peine !

D’ailleurs est-ce que ça te tenterait que je te parle plus en détail de cette première expérience de lancement, de ce que j’ai appris et des erreurs à ne pas faire (du haut de ma petite expérience) ? Si c’est le cas n’hésite pas à me le faire savoir en commentaire.

Passe une très bonne journée !

Il n’y a pas d’échec
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :